Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
"Le Nécroscope" de Brian Lumley: Une fiction troublante

"Le Nécroscope" de Brian Lumley: Une fiction troublante

necroscope2 

 

Moscou 1971, pendant la guerre froide, les services secrets russes d’ESPionage (ESP: Extra Sensory Perception) utilisent des moyens peu communs pour lutter contre l’Ouest capitaliste, en employant des individus aux talents paranormaux. Dragosani , nécromancien, est l’un d’eux, capable de soutirer tous leurs secrets aux cadavres, d’une façon peu ragoûtante (âmes sensibles s’abstenir) en les dépeçant. D’origine Roumaine, de Wallachie plus exactement, il retourne régulièrement dans son pays natal pour recevoir les instructions du Vamphiry Thibor, agonisant au fond de la forêt obscure. L’ambition de Dragosani dépasse les frontières et la guerre froide, et ne connait pas de limite pour l’acquisition du pouvoir et de la connaissance que Thibor le vieux vampire, son père spirituel lui prodigue.

En Grande-Bretagne, son rival à l'ouest, c’est Harry Keogh lui  nécroscope, talent de pénétration du monde des  morts mais d’une façon plus cérébrale que le nécromancien. Il a hérité du don de sa mère décédée de converser avec l’esprit des morts et même de s’approprier leurs talents lorsqu’ils étaient vivants.

Brian Lumley, un conteur hors pair, nous emmène dans ce monde si proche et si lointain du nôtre, à travers ses personnages complexes et profonds, ne manquant pas une occasion de câler son histoire sur des références et personnages historiques en laissant planer le doute sur la réalité de la fiction. Les informations sont denses et très bien documentées donnant un relief et de la matière au récit. L’auteur, né en 1937 et ancien militaire de carrière pendant quand même 22 ans, semble nous livrer des secrets d’état d’une manière détournée et il est bien difficile de faire la part du vrai et du faux. Des enquêtes et oeuvres de fiction récentes ont effectivement dévoilé les programmes militaires américains de perception à distance, et la formation d’agents spéciaux aux capacité ESP dans les années 70, ainsi que du côté soviétique. Le mythe du vampire quand à lui nous ouvre avec délectation le folklore roumain lors des séjours de Dragosani, en nous révélant dans le plus grand détail des aspects du vamphiry intéressants et méconnus.   Au lecteur perspicace et informé de traquer l’info et l’intox en se laissant sans aucun doute bercer par une réflexion songeuse.