Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
Les Qliphoth : puissances des ténèbres

Les Qliphoth : puissances des ténèbres

Même si l’océan sombre et infini de la réalité non physique échappe à toute tentative de cartographie, les Qliphoth offrent des repères ésotériques à celui qui s’aventure par-delà la face cachée de la Lune. Ce système d’auto-initiation progressive de la voie sénestre permet de structurer un territoire inconnu en introduisant une forme de rationalité compréhensible par la conscience ordinaire dans un domaine occulte. Chaque Qliphoth représente un état de conscience impliquant le développement de certaines facultés par l’épreuve, l’étude et la contemplation de symboles. La maîtrise des énergies présentes dans chaque sphère ouvre l’accès à la qliphah suivante.

Si l’on se réfère à la Kabbale pour positionner les Qliphoth sur la face nocturne de l’arbre de vie, domaine des Séphiroth, l’arbre de mort est accessible par Daath, la Sephira cachée faisant le lien entre les deux aspects d’une même réalité. Bien que la dualité nuit/jour, bien/mal, vie/mort ne soit pas ultimement pertinente, il est conseillé de commencer par explorer l’arbre de vie avant de s’aventurer dans l’ombre de cette connaissance.

En effet, le choix de ce chemin périlleux et solitaire n’est pas une décision à prendre à la légère. Motivé par le désir d’avancées fulgurantes et l’acquisition de pouvoirs supranormaux, l’adepte ne saurait ignorer les dangers qui l’attendent. Il pénètre consciemment dans les centres de pouvoir, en prenant le risque de perdre ce qu’il a, ce qu’il est, ce qu’il connait. C’est un sacrifice où la folie, la dépression, le désespoir et la perdition sont potentiellement présents.

Le silence et les ténèbres règnent invitant à la sobriété des émotions et des pensées. Seul celui dont la force intérieure est devenue inébranlable par une ascèse préliminaire est à même de faire face aux monstres tapis dans l’ombre qui essaieront de le dévorer. La terreur de l’annihilation en est la gardienne, l’épreuve qui met en garde et décourage ceux qui ne sont pas prêts.

Être prêt à tout perdre est la condition sine qua non pour surmonter les obstacles en maître, capable de les transformer en puissants leviers vers la connaissance interdite. L’équanimité, la discrimination, la confiance en soi inébranlable et la fortitude sont les armes qui permettront à l’initié de poursuivre, d’aller toujours plus loin sans être détruit mais recréé pour la naissance du dieu démonique vivant.

Les promesses des Qliphoth attirent ceux qui souhaitent une réalisation totale en intégrant l’ombre et la lumière par-delà les dualités primaires. La sagesse conseille de suivre une progression prudente sans brûler les étapes sous l’effet d’un orgueil immature. Les sens et l’intuition aiguisés décèlent et analysent les anomalies, les aberrations hallucinées d’une conscience crépusculaire dans le but de réaliser un potentiel dépassant l’imagination.

Les 11 niveaux de la voie des Qliphoth - 

A titre d’information et afin de donner une idée plus « concrète » de ce que peut impliquer la progression initiatique des Qliphoth vous trouverez ci-dessous la traduction d’un texte de description des différentes sphères. Ces descriptions ne sont pas absolues mais relèvent plutôt de la subjectivité de l’auteur (Asenath Mason) et ne constituent en rien une vérité dogmatique. Ce que chacun trouve sur son parcours est personnel et peut prendre différentes formes culturelles et symboliques. Peut être que ces descriptions des Qliphoth vous parleront, peut être que non. Faites votre propre chemin, découvrez par vous-même ce qu’il se cache dans chaque sphère de pouvoir. Seul le processus de transformation intérieure est universel mais reste cependant dans le domaine de l’insaisissable, échappant aux définitions et aux classifications.

LILITH (reine de la Nuit) : La porte vers l’Inconnu. Ici, l’initié entre en contact avec ses premiers guides et alliés sur la voie, et la conscience s’ouvre au domaine de la Nuit. La flamme ascendante de Lucifer est allumée et Lilith approche pour guider l’initié dans les sentiers de la voie sombre. La divinité de la première Qliphah est Naamah, dominant le monde matériel. Elle peut accorder au magicien les biens matériels désirés mais elle est dotée d’un caractère despotique difficile à gérer. Naamah est la sœur démonique de Lilith qui se présentent toutes deux souvent comme premiers guide à l’entrée des mondes obscurs.

GAMALIEL (L’obscène) : La sphère astrale des rêves. Ici l’initié explore les mystères de la sorcellerie et de l’alchimie sexuelle. La déesse de la Lune y règne, elle introduit l’adepte aux secrets de la magie lunaire. Dans la sphère de Gamaliel, tous les fantasmes interdits, la luxure réprimée et les rêves inavouables sont mis en lumière. La Déesse de Gamaliel est Lilith, apparaissant sous les traits d’une femme sensuelle au corps de serpent. Elle séduit le magicien et le guide dans les aspects sombres de nos instincts. Elle est la Reine des Démons, et règne avec Lucifer sur l’Arbre Qliphothique dans sa totalité.

SAMAËL (Le poison de Dieu) : Le poison Alchimique est ingéré par le magicien qui succombe à ses effets toxiques. Sa conscience doit surmonter des épreuves où la folie, le doute et l’incrédulité l’assaillent. Il s’agit du contact avec l’Ombre personnelle, mortifère, elle enseigne à l’initié les mystères de la Mort et de l’envol de l’âme. Ici, dans le désert d’Adramelech, la foi et la dévotion de l’adepte sont testées. Adramelech est l’entité souveraine de cette Qliphah sous l’apparence d’une créature mi-paon, mi-humain. Il confère au magicien orgueil et magnificence, qui, cependant ne sont qu’illusoires et contribuent au test initiatique.

A’ARAB ZARAG (Le Corbeau de la Dispersion) :   Les mystères de Vénus et de la magie luciférienne. L’initié emprunte le chemin de l’érotisme mystique et des épreuves guerrières. A’arab Zaraq engendre la destruction, souvent par la guerre, les conflits et la mort. Le Dieu régnant sur cette Qliphah est Baal, le dieu de la guerre. Il a l’apparence d’un guerrier au masque cornu et armé d’une lance. Il instruit le magicien dans l’art de l’invisibilité et lui enseigne la liberté luciférienne. Son épouse et Déesse régnante de cette sphère est la Vénus Sombre, initiatrice de nouveaux mystères de la magie sexuelle.

THAGIRION (L’Adversaire) : L’illumination de la face sombre par la lumière du Soleil Noir. L’initié fait l’expérience de l’union de dieu et de la bête en lui, et réalise l’idée de divinité incarnée. Thagirion est la sphère du Daemon, image du dieu personnel, et de la bête 666, s’efforçant continuellement de dominer les instincts humains. Le Dieu régnant de cette Qliphah est Belphégor, Le Dieu de la Mort. A l’origine, Belphégor était une divinité moabite au nom de Baal-Peor, moitié masculine-solaire et féminie-lunaire. Pendant les travaux de magie, il se manifeste dans sa forme bestiale mais aussi sous l’apparence d’une jeune femme. Il confère au magicien imagination et richesse.

GOLACHAB (L’enflammé) : L’Apocalypse. L’initié devient le Feu de Destruction. Par des pratiques sexuelles SM, l’initié est testé dans la souffrance et la luxure. C’est la Qliphah du feu – comprenant aussi bien la flamme créatrice que le souffle destructeur. La Qliphah est le domaine d’Asmodée, qui apparait comme un dieu ailé et enflammé. Il représente à la fois la puissance du feu et le pouvoir de la sexualité. Les incubes et succubes de cette sphère sont les plus forts et les plus violents de tout l’Arbre Qliphotique.   

GHA’AGSHEBLAH (Le bourreau) : L’autre côté de l’érotisme mystique. L’initié traverse des épreuves de guerre et d’amour et devient le bourreau. Les énergies de cette Qliphah apportent la vie ou la destruction. Elles détruisent la substance de Création à la base du fondement de l’Univers. La divinité régnante de cette sphère est Astaroth, l’esprit à l’haleine fétide, chevauchant le Dragon et tenant un serpent dans la main. Il voit par-delà le passé, le présent et le futur. Il est aussi le patron des Arts libéraux.

DAATH : La Vision de l’Abysse et la rencontre avec Chorozon, le gardien du seuil.

SATARIEL (L’illusionniste) : L’ouverture de l’Œil de Lucifer. L’initié fait face à des épreuves où le surréalisme et l’absurdité dominent, et apprend à déceler la Vérité dans ce qui est caché. Les apparences sont trompeuses. Lucifuge préside à cette Qliphah, celui qui évite la lumière. Sa description apparait dans nombre de grimoires médiévaux et de la Renaissance sur les hiérarchies de démons. Il révèle les trésors cachés mais peut également faire perdre la raison au magicien.

GHAGIEL (Le destructeur) : La foudre de l’étoile luciférienne. L’initié enfreint la Loi Divine et se prépare à pénétrer dans la salle du Trône de Lucifer. C’est la Qliphah de la rébellion et de l’ébranlement des fondations du monde. L’entité dominant cette sphère est Belzebuth, le Seigneur des Mouches.

THAUMIEL (Les Jumeaux de Dieu) : L’accomplissement de la Promesse faite par le Serpent. L’initié devient Dieu incarné. Cette Qliphah est double avec deux entités régnantes : Satan et Moloch. Thaumiel est l’antithèse de Kether. La signification originelle de Satan est l’Adversaire. Dans l’ancien testament il était l’accusateur et il tentait et testait la foi des humains en les induisant en erreur. Moloch était une divinité cannaanite dont le culte impliquait le sacrifice d’enfants par le feu.

Conclusion

 

Il ne faut pas perdre de vue que les Qliphoth bien que sphères d’une réalité immatérielle, ont une influence directe sur la réalité tangible. Lorsque l’adepte pénètre dans une Qliphah pour recevoir sa connaissance, les énergies présentes à ce niveau initiatique vont se manifester dans sa vie. La mise à l’épreuve n’est pas seulement virtuelle mais bien réelle, ce qui implique également que le triomphe de l’initié opère un changement radical dans sa perception de l’existence et dans ses circonstances personnelles. Faire face à son Ombre et ses démons des profondeurs et les intégrer est ardu, presque surhumain.