Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
LES RENCONTRES ENLUMINEES

LES RENCONTRES ENLUMINEES

Une galerie de portraits probablement idéalisés par l’auteur, sublimés tout au moins pour  faire apparaître la substance immatérielle de l’être tout comme la lumière d’un tableau laisse deviner ce qui ne peut être explicitement peint. Certaines de ces rencontres ont été des chocs fulgurants, furtifs comme des éclairs transperçant mon âme habilement, d’autres au contraire ont été très suivies, longues, voire difficiles mais je ne saurais dire si une hiérarchie de valeur s’en dégage. Probablement pas. L’impact est parfois plus net quand le délai est court et la fréquence rare. Je n’ai pas de réponse du fait que pour l'âme il n’y a aucune distinction. Chaque amour a sa saveur particulière et unique dans l’alchimie créée entre les êtres, et est de ce fait également précieux.

 

Le Phénix

 

Une présence au coin du feu, je percevais mal son visage dans la pénombre léchée par les flammes et d’ailleurs c’est comme si je n’avais jamais eu la vision nette, ni la mémoire de ses traits. Je sentais par contre la puissance de son regard et sa voix m’adressait très directement.  Sa parole sans fioriture dépouillait de l’intérieur me forçant à un dévoilement révélateur. Je paniquais, j’étais encore très jeune, instable et dure à la fois et ressentais par contraste en lui douceur et tranquillité extrêmes. Je n’étais pas habituée à ce contact d’un autre type qui remit en cause tout mon rapport aux autres et à moi-même.

Je ne l’ai vu que deux fois il y a vingt ans et son souvenir est pourtant essentiel dans ma trajectoire. A l’époque je n’ai rien su de lui et ce qui me touchait était bien au-delà de sa personne ou de la représentation que je m’en faisais. Bien des années plus tard, un de ses amis proche m’a confié qu’il avait passé du temps en Inde lorsqu’il était plus jeune. Il s’était alors retrouvé à vivre comme un intouchable dans la rue pendant deux ans suite à des déboires et dérives diverses. Un beau jour, il s’est décidé à se faire rapatrier et est allé se présenter au consulat. Sa présence était  peut-être celle de l’homme qui a su s’éteindre pour ensuite renaître. 

 

 

Le scarabée d’or

 

Comme une sourde appréhension d’évoquer un ami qui n’est plus en vie et pourtant qu’est-ce que ça change ? Si j’écoute, le contact est le même, le souvenir sans complaisance d’une amitié tumultueuse, trouble parfois où les rôles et rapports se chevauchent et les complexités s’affrontent. Mais certainement je ressens une reconnaissance profonde, une intensité retrouvée de ces miracles successifs comme un feu d’artifice annonçant le départ d’une traversée. Bon voyage ? M’as-tu demandé au volant de la voiture en souriant et je ne sais plus ce que j’ai répondu, mais c’était le début du voyage, ça oui... Face à face dans la nuit, à l'écoute du mystère ultime, qui est là, entre nous, se reflétant dans le miroir de nos consciences claires. Basculement irréversible de l'autre coté dont je ne suis jamais revenue, grâce à toi. 

Magnificence et faiblesse, je ne pouvais pas toujours te suivre dans tes contrastes et paradoxes vertigineux. Tu as vécu au rythme de ta générosité, le sourire de la connaissance aux lèvres et ton énergie qui t'a emporté, loin.

 

 

 

La Salamandre

 

Une silhouette longue surmontée d'un chapeau, un imperméable et une moustache comme épinglés dans le décor de façon quasi surréaliste ; cet ami lointain se déplaçait avec humour et distance tout en camouflant un mystère insaisissable. Puis soudain, il revenait à l'avant, reprenait forme humaine et vous lâchait des bribes choisies de sagesse millénaire avant de s'effacer à nouveau dans un espace parallèle. Alchimiste déclaré il pouvait parfois étonnamment partager ses connaissances avec simplicité ; une porte s'ouvrait alors sur un monde insoupçonné mais bien réel, que je percevais en filigrane. Un monde magique et sacré ou les salamandres dansaient dans le feu.

Il m'a laissé l'impression d'un initié solitaire absorbé par son exploration intérieure, sachant également savourer les nourritures terrestres sans excès mais avec goût. Il a su distiller dans le creuset de mon âme des perles de connaissance destinées à s'épanouir au cours du temps. Il veille quelque part, je le sais...