Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
Le Domaine de Thanatos

Le Domaine de Thanatos

"La Souveraine"   © Nacht Darcane

"La Souveraine" © Nacht Darcane

Les statues de divinités chtoniennes énigmatiques suivent le visiteur du regard, dans ce monde souterrain où coule le fleuve du Styx à perte de vue. La lumière rougeâtre d’un éternel crépuscule baigne les demeures innombrables de la cité où plane le mystère le plus profond. Mais peut-on être visiteur en ce lieu ? Peut-on impunément pénétrer le secret le mieux gardé et l’emporter en de profanes contrées comme un voleur ? Non, nous dit-on, celui qui franchit le seuil n’est plus un visiteur mais un hôte permanent de ces sortilèges mortifères. Il pourra s’instruire et comprendre à loisir, découvrir les merveilles sophistiquées de l’absence d’illusion, se libérant ainsi de l’ignorance. Il n’est donc pas possible de révéler ici ce qui le sera quand sonnera le glas.

La vénération de Thanatos est une voie unique destinée à ceux qui souhaitent s’inspirer de sa sagesse implacable et se préparer à la rencontre ultime. C’est l’anticipation d’une union avec le mystère dans un renoncement total à la vanité. Paradoxalement c’est la seule certitude que l’on ait sans savoir ce qu’elle implique. C’est une invitation à sublimer un principe tout puissant, transcender l’Eros et s’ouvrir à la terrible beauté derrière le voile.

Au lieu d’ignorer la fatalité et de la craindre, l’intention est de redonner à la Mort son rôle d’inspiration, de la connaître mieux et éventuellement recevoir sa gnose. Aucune garantie ni promesse à la clef, ou peut-être la clef des songes lorsque le frère de Thanatos, Hypnos nous guidera chaque nuit de nos jours.

LE SEUIL

Le dernier mystère, celui qui obsède l’inconscient tout au long de l’existence, se déguise dans les rêves, fascine et enflamme, se cache dans les symboles, menace et inspire sans cesse insidieusement. Une idée qui rassure ou effraie en fonction des circonstances et des croyances.  Peut-on y échapper par le biais de stratagèmes malicieux, la tromper, la séduire cette fatalité qui anéanti les inégalités d’un coup de faux ? Est-ce la fin de tous les tourments, ou la fin tout court ? Faut-il croire aux fables et trembler en attendant le verdict, le jugement ou se réjouir de la perspective d’ultimes voluptés ? Et l’âme elle-même n’est-elle pas qu’un fantasme, une rébellion du désespoir créé par l’ego refusant d’être réduit à une dépouille en devenir ? Connaît-on le chemin commun à tous ou est-ce un passage unique et personnel ?

La carte du Tarot XIII, ne porte pas de nom, et pourtant semble la représenter, une expérience sans nom, parce qu’au-delà. Innommable est probablement abominable, n’en témoigne la décomposition des cadavres. L’esprit serait-il cependant une réalité incorruptible se moquant de cette décrépitude ? Faut-il affronter le trépas avec humilité et regret en implorant ou au contraire soutenir la terreur qu’il inspire dans un dernier défi ? Est-il promesse de paix, de repos et de magnificence, de compréhension illuminée en récompense de l’aveuglement qu’est l’existence connue ? Ou est-ce l’avènement de ténèbres encore plus profondes, de souffrances, de pertes déchirantes et d’annihilation ?

La mort ou le trépas, Thanatos, La Faucheuse, féminin ou masculin, chacun l’appréhende à sa façon. Thanatos est le plus séduisant ; beau, intense, implacable et immanent au parfum d’absolu, accompagné d’Eros. Il inspire le mystère et le dépassement de soi, la suspicion d’une autre terre d’existence plus belle, sublimée.

Désiré et craint, il apaise et séduit comme l’ultime amant qui répondra à toutes nos attentes. Sa présence effleure le promeneur solitaire des cimetières lui promettant des délices désincarnés dans l’étreinte des anges de pierre.

La Grande Faucheuse quant à elle, est la Maitresse implacable, le mystère féminin qui donne et prend la vie, celle qui connaît les desseins qui nous dépassent et les sert.