Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
Exploration psychogéograhique

Exploration psychogéograhique

Exploration psychogéograhique
Exploration psychogéograhique

Si le monde dans lequel nous vivons n’était qu’une projection holographique de notre psyché, comme dans nos rêves tout serait symbole, intimement lié à notre être et nous pourrions recevoir des messages et manipuler l’espace pour obtenir un résultat voulu. C’est une des bases du principe magique faisant ainsi le pont entre deux réalités en instaurant un dialogue.

Perdre le Nord

On peut se perdre volontairement dans une ville ou une forêt en « oubliant » consciemment tout sens de l’orientation, en refusant les repères, en lâchant-prise totalement sur l’espace, voire le temps simultanément. Se perdre pour mieux se trouver, littéralement. En n’allant nulle part, et partout à la fois, on note intérieurement ce qui nous frappe (mot, objet, couleur, bruit, idée, sentiment, sensation physique) en restant proche de l’intuition au maximum, sans chercher forcément à interpréter. Dans un monde où les automatismes règnent, casser la routine et se lancer dans l’inconnu est une bouffée d’oxygène source de nouvelles connections synaptiques. Mais c’est surtout se placer dans un état d’esprit différent, hors du circuit rationnel communément admis pour s’aventurer dans un monde aux possibilités plus larges. C’est regarder ce qui nous entoure comme si c’était intelligent, habité au lieu de n’être qu’une matière inerte, comme si nous avions une relation personnelle à cette intelligence. C’est abandonner la tendance à croire qu’on a tout compris et à vouloir « maitriser » son environnement, assujettir, dominer ce qui existe pour au contraire observer, et s’ouvrir à une nouvelle compréhension. C’est un déplacement de la conscience qui peut être temporaire et s’alterner avec la vision ordinaire. Il nous faut parfois prendre plusieurs points de vue pour comprendre quelque chose d’essentiel. Je peux me retrouver dans un quartier totalement différent du mien et trouver de l’inspiration ou en me perdant dans une forêt, ressentir l’insécurité primordiale que je camoufle par une routine trompeuse. C’est une expérience personnelle à faire en silence et en solitaire pour ne pas être perturbé. Rien que de décider de se livrer à cette expérience est une stimulation ludique qui libère du carcan du quotidien. Parfois des inscriptions lues se répètent ou sont liées comme par un fil. Si l’on capte ces choses, tout comme dans un rêve, ce n’est peut-être pas un hasard et peut signifier quelque chose pour nous-mêmes. Si rien ne se passe, si on ne remarque rien, il ne faut rien créer artificiellement ou se raconter des histoires. C’est peut-être qu’il n’y a rien à dire aujourd’hui, ou que ce silence ou non-sens est suffisamment évocateur.

La découverte d'une nouvelle terre

Une fois cet état d’esprit adopté, la perception de la réalité change. Tout devient sacré ou magique. L’important est de rester prudent, de ne pas s’enthousiasmer inconsidérément, ou mal comprendre et se perdre encore plus dans les illusions. En étant sincèrement animé par un désir de comprendre pour soi-même et non pour épater la galerie, on peut éviter bien des erreurs grossières. Il ne s’agit pas non plus de tomber dans un mysticisme naïf. C’est un peu comme un tirage de tarot où l’on essaie d’interpréter les symboles parce que « quelque chose » nous parle. Que ce soit l’inconscient ou une entité qui s’exprime, peu importe, le tout est d’accepter l’écoute sans forcer les choses. Quand cette réalité devient plus familière on se rend compte qu’un déplacement d’objet ou un mouvement à travers l’espace peut modifier l’énergie et selon l’effet papillon changer bien des choses dans notre sphère personnelle et remettre les pendules à l’heure.

(A SUIVRE)