Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ARS TENEBRIS

ARS TENEBRIS

Menu
La Comtesse (2009)

La Comtesse (2009)

"La comtesse " de et avec Julie Delpy est un hommage élégant et un peu fade à la Comtesse Báthory, personnage historique, dont l’image de monstre sanguinaire hante les mémoires. Les faits sont ceux que l’on retrouve dans toutes les narrations, mais orientés dans le sens d’un plaidoyer en faveur de la Báthory. Ce qui l’a fait passer du côté obscur de la force ne serait qu’un cœur brisé par un jeune amant, la peur panique de vieillir et de perdre sa beauté, et ainsi toute chance de le reconquérir. Il s’agirait donc d’un excès de vanité, de manque de confiance en soi, d’attachement à une apparence et au pouvoir de séduction. Jusque là, tout ceci est bien naturel et commun à beaucoup de femmes vieillissantes. Puis la Comtesse, inspirée par un amant de passage aux goûts SM semble franchir la frontière de la raison et glisser progressivement dans les marécages hallucinatoires de la démence, pour s’y noyer totalement. Les scènes sont délicates, et on ne s’attarde pas lourdement sur les tortures qu’elle infligeait à ses victimes sans pour autant en faire abstraction. Voulant probablement s’éloigner des clichés, la scène de la Comtesse prenant un bain de sang est absente. Cependant en choisissant un tel sujet, il faut parfois se salir les mains. C’est un peu comme les vampires végétariens, on peut rester sur sa faim. Plus proche d’un drame costumé que d’un film d’horreur goth cette version sage de la Báthory fait contraste avec d’autres versions cinématographiques trash et déjantées.